8.5/10The Chronicles Of Riddick : Escape From Butcher Bay - Test

/ Critique - écrit par Shariban, le 25/10/2004
Notre verdict : 8.5/10 - Tout sauf riddick..ul. (Ecrivez votre critique)

Avant de parler du jeu lui-même je vais vous situer l'histoire. Les chroniques de Riddick : Escape from butcher bay se trouve chronologiquement avant le film Pitch Black, qu'on ne s'y trompe pas (malgré son titre). Il sert donc de commencement aux deux films sortis en salles. Pitch Black nous montrait « Riddick » tel qu'il est, c'est à dire l'anti-héros par excellence. Cet assassin sanguinaire a été capturé par un chasseur de prime pour être emmené dans une prison, là où il aurait dû aller si le vaisseau dans lequel il se trouvait n'avait pas eu de problème. Voilà donc que cet assassin se retrouve en liberté sur une planète inconnue et pas spécialement des plus hospitalière. S'en suit un long combat sur cette planète où l'on découvre un riddick pas si méchant que ça, enfin pas trop gentil non plus.
Dans Pitch Black, la particularité de riddick, en dehors d'être l'anti-héros de service, est de voir dans le noir comme en plein jour. Dans les deux épisodes ciné, on ne nous donne pas réellement d'explication sur ce pouvoir dont il dispose. Mais comme par enchantement, toutes nos questions vont avoir leurs réponses grâce à l'arrivée du jeu. Exactement comme pour Matrix (le jeu), ce jeu fait partie intégrante de la saga de riddick. Et vous n'allez pas être déçu.
Ici, on arrive alors que Riddick vient d'être capturé et prêt à être livré à la prison de butcher bay. Vous allez donc entrer dans la geôle la plus fortifiée de toute la galaxie.
Maintenant c'est à vous de découvrir l'histoire qui vous laissera scotché sur votre siège pour peu que les films vous aient plus.

Vous entrez donc dans un film interactif où toutes les cinématiques sont filmées comme dans le 7ème art. On est plongé dedans et je peux vous dire que ce n'est pas facile d'en décrocher.
Passé ces détails cinématographiques vous voilà devant l'un des plus beaux FPS sur console, et je pèse mes mots croyez-moi. Des graphismes somptueux qui nous montrent des prisonniers aussi vrais que nature. Une modélisation de
Vin Diesel magistrale. Durant les nombreuses cinématiques vous ne manquerez pas de voir le travail accompli ici. Des textures et des couleurs véritablement tirées d'un univers carcéral ; ça fait froid dans le dos. Des ombres temps réel dignes des meilleurs jeux, vous laisseront béat devant une telle maîtrise. Attention toutefois, certains ralentissements viendront un peu noircir le tableau, rassurez-vous, c'est très rare. Le plus gros défaut technique que l'on peut décemment incomber à ce jeu, c'est sans nul doute l'aliasing (Effets de crénelage sur un écran dans un jeu 3D). Ce dernier se fait ressentir partout. On met un bon bout de temps avant de s'y faire. Passé ce délai, ce n'est plus que du bonheur.

L'animation a été, tout comme les graphismes, très soignée. Ici les développeurs ont fait un travail formidable qui nous plonge encore plus loin dans le film, pardon le jeu.
Très fluide cette dernière ne manquera pas de vous impressionner tout le long du jeu. Elle se voit accompagnée d'un moteur physique aux petits oignons. Il gère tous les éléments du décor et fait épouser les formes les plus logiques aux corps de vos victimes, impressionnant.

Il nous fallait, comme dans tous bons films, une musique qui colle à l'action et aux moments forts du jeu. C'est ici aussi une chose réussie. Cette dernière vous fera vivre tous les grands passages du jeu, si en plus vous ajoutez les doublages très réussis des différents protagonistes du jeu, (Vin Diesel, en plus de prêter son image, prête aussi sa voie) croyez-moi, cela vaut le détour.

La maniabilité se veut intuitive et ne dérange pas le moins du monde même pour un FPS à la manette. Elle se rapproche assez de la maniabilité d'un Halo. Les combats, quand ils ne se passent pas avec des armes, s'exécutent aux poings et croyez moi vous allez pouvoir faire des combos dignes de Mohamed Ali sans aucun problème. Que demander de plus ? Un gameplay adapté à tout ça me paraît une bonne réponse.

Justement, ce dernier marie parfaitement deux genres de jeu pourtant assez lointains, le « FPS » et le « tactical espionnage ». Un mixe des plus détonant qu'il vous sera d'ailleurs assez facile à appréhender. Vous êtes le prédateur et en tant que tel, vous ne devez pas bondir sur tout ce qui bouge, mais plutôt choisir soigneusement votre proie. Ainsi vous avancerez dans l'histoire avec plaisir et délectation. C'est tout simplement jouissif de pouvoir incarner Riddick, et de pouvoir exécuter tout ce qu'il a comme mouvements et pouvoirs.

Je ne vois, pour vous, plus qu'une chose à faire. Courir vous l'acheter. Attention, malgré toutes ses qualités le jeu n'a pas une durée de vie extrêmement longue et de surcroît il n'y a pas de mode multijoueur. Les joueurs habitués aux FPS en viendront à bout en une dizaine d'heures. Si vous décidez de faire toutes les missions annexes, le jeu vous tiendra plus longtemps. A vous de choisir, mais sachez que vous pouvez passer à côté d'un petit bijou comme on en a assez peu de fois, rencontrer sur console. Est-ce un problème de temps de jeu qui va vous déranger ? Vu le potentiel du titre et le plaisir que j'en ai ressorti, je peux vous dire que non.