8/10Command & Conquer Alerte Rouge 2 - Test

/ Critique - écrit par CBL, le 21/01/2001
Notre verdict : 8/10 - Du C&C! (Ecrivez votre critique)

Westwood revient à la charge avec un énième épisode des Command & Conquer : Alerte Rouge 2. Ce jeu est la suite directe du premier : après l'échec de l'URSS dans sa tentative d'envahir l'Europe, ce pays où on produit chaque année une bombe H et 2 litres de vodka par habitant va ni plus ni moins envahir les états-Unis. Le chef de L'URSS est un gros noble qui est contrôlé par un savant fou possédant des pouvoirs psychiques.
Choisissez les rouges ou les Yankees et engagez-vous dans un conflit qui va vite prendre des allures de guerre mondiale. Vous visiterez divers endroit du monde : de la tour Eiffel jusqu'au Pentagone en passant par Pearl Harbor. Le gros problème de ce jeu reste son moteur graphique : le même que pour Tiberian sun, un moteur en 3D isométrique qui a l'air de dater du siècle dernier. Certes, les unités et les bâtiments sont joliment dessinés mais on aurait pourtant souhaité un vrai passage à la 3D. L'interface a un poil changée: les structures et unités sont classées en 4 types chacun accessible par une icône : les bâtiments, les défenses, les unités à pieds, le reste.
Ce jeu comprend pas mal d'innovation : d'abord les unités des 2 camps sont presque toutes différentes. Exemple pour la récolteuse : celle des Alliés se téléporte pour revenir et celles des Rouges est armée. On notera quelques unités plutôt marrantes surtout chez les soviets : le drone qui fonce sur le char pour exploser avec lui ("Mon peuple vaincra !") et le fantassin armé de son canon Tesla pour mettre au courant l'ennemi de la victoire soviétique. Les unités à pied peuvent se planquer dans n'importe quelle bâtiment civil et le transformer en bunker ce qui donne lieu à de joli combat de rue.
Le jeu est toujours ponctué de vidéos mais elles sont moins terribles que celles des autres C & C. Ne faisons pas la fine bouche : bien que techniquement, ce jeu est déplorable, il reste très fun et on prend un malin plaisir à réemployer la même technique pas très fine depuis des années : fabrication d'une centaine d'unités, on sélectionne tout et à l'assaut ! Ce jeu comblera les amateurs de stratégie pas trop prise de tête et les fans des C & C.