7.5/10DSi - Test

/ Critique - écrit par knackimax, le 15/04/2009
Notre verdict : 7.5/10 - Game & Watch 3000 et DS Wii (Ecrivez votre critique)

Tags : dsi nintendo test metiers console tests avis

Un assez bon produit qui ne vaut probablement pas encore le coup de se l'offrir si vous avez la vieille version, mais qui satisfiera les non possesseurs d'une console portable. Et puis des gadgets en vrac, plein.

Nintendo et les consoles portables, c'est probablement la plus grande histoire du monde dans le domaine. Si on se rappelle la Lynx d'Atari avec émotion, ou encore la Game Gear de Sega avec palpitation, même si on est fan absolu de la PSP, il n'en reste pas moins que tous les joueurs ont un jour ou l'autre demandé ou reçu  pour une occasion festive ou un diplôme un Game & Watch, une Game Boy, une Game Boy Color ou une Game Boy Advance (choisissez votre génération). De même les jeunes joueurs d'aujourd'hui demandent en masse une DS. Demanderont-ils une DSi ? Et les casuals ? Et les gamers ? C'est en tout cas depuis avril 1980 que Nintendo remporte le succès le plus massif dans la catégorie consoles portables.

Et en effet, force est de constater que malgré tous les râles de la planète face à la stratégie de Nintendo, le constructeur / développeur se met une fois de plus en position de satisfaire son public. Si nous pouvons considérer le labo photo et la platine de remix comme des gadgets, ils n'en restent pas moins des outils relativement rigolos à utiliser. Certes tout n'y est pas utile. On ne se lassera
probablement pas de déformer la photo de ses amis ou même sa propre mouille alors que l'effet prisme n'apporte pas grand chose à l'affaire. Mais au moins cela donne d'autres fonctionnalités à la console et offre ainsi l'occasion de passer le temps. On pourra toutefois trouver un peu gros de proposer un objectif 0.3 Mega pixels pour la caméra frontale de la console. On aurait pu proposer quelque chose de supérieur sans aller dans les extrêmes inutiles. Constatons toutefois qu'au niveau technologique c'est peu et que nos téléphones portables font largement mieux. Ce commentaire est également valable pour l'objectif photo de 3 Mega pixels. Vous aurez donc de légers problèmes à jouer la nuit avec la reconnaissance de votre caméra et ce malgré la lumière allumée ou bien il faudra vous placer en dessous d'un halogène un peu balèze. Vous l'aurez compris, on a ici des gadgets qui ratissent large ce qui correspond une fois de plus au public visé.

Le confort qu'amène l'élargissement de l'écran est très agréable. Il permet aussi de se rendre compte de l'imprécision graphique de certains titres qui se cachaient jusque là derrière l'excuse de la résolution. Mais il faut supposer aussi que le rendu pourra de ce fait être amélioré dans les prochaines sorties, sait-on jamais.
L'amélioration sonore ne se fait pas beaucoup sentir quant à elle malgré toute la volonté du monde à essayer de trouver un léger mieux entre deux symphonies en midi. L'arrivée de l'option web est un sacré plus et permet de rivaliser un minimum avec la même option prévue de base sur la PSP il y a de cela quelques années (cinq ans). Toutefois, malgré l'attrait du clavier tactile (présent mais rudimentaire) l'efficacité du browser est tout aussi peu satisfaisante que celui de son prédécesseur. C'est bel et bien un outil d'appoint et non une vraie fenêtre sur l'extérieur car à ce rythme on n'est pas prêts à y passer des heures. Reste également que la configuration n'est pas des plus claires. L'accès au DSiware est quant à lui tout aussi pénible et indifférent au design que son grand frère sur Wii.

D'ailleurs le magasin online est lui aussi bien vide pour le moment et les rares choses qui y sont proposées, mis à part l'outil web, sont dignes des mini jeux les plus navrants du monde. On se retrouve certes confronté une fois de plus à cette grosse question de génération qui ne peut apprécier la stratégie de Nintendo dans ce domaine. Toutefois au delà de cela, la pauvreté de l'offre de départ est
assez énorme. Notons quand même l'effort fait dans ce sens pour nous offrir presque gratuitement ces premiers jeux, fait commercial assez rare chez le constructeur nfippon. En effet pour une durée limitée, les acheteurs de la console se voient offrir  1000 fpts sur leur compte à la première connexion. Cela permet d'acheter à peu près tout le contenu qui traine. On annonce des nouveautés qui n'enchantent pas plus que ça pour le moment à la liste peu convaincante du magasin. Ces "nouveautés" se prénomment Dr Mario  par exemple, ce qui nous rappelle le lancement du WiiWare ainsi qu'une sortie Game Boy datant de 19 ans et déjà surexploitée sur toutes les plateformes Nintendo. Sans rien avoir contre les reprises on commence à se demander toutefois quand est-ce qu'on essaiera de nous donner du nouveau contenu et de faire bouger un peu l'ordre établi pour faire un peu plaisir à ces oubliés que nous sommes devenus dans une stratégie qui ne nous concerne pas. 

Le gros point négatif de cette ultime version de la Game & Watch deuxième génération (car la première n'avait qu'un écran) est sa batterie réduite. En effet si on rajoute autant de possibilités pour pouvoir faire du papillonnage de software on aimerait au moins avoir la capacité comme avec la PSP d'avoir une batterie supplémentaire insérable facilement une fois la première fumée et retournée. Pour un gros trajet préférez donc la PSP. On ne peut plus trop attaquer la DS sur son catalogue de jeux puisque même des petits bijoux d'action et d'aventure rejoignent les rangs de toutes les niaiseries qui nous insupportaient jusque là (Mes excuses aux fans de Léa). Il n'y a donc pas de raison de bouder la DS et encore moins la DSi pour ce genre de basses raisons. 

Le dernier point sera interrogatif. Lorsqu'on joue aux premiers jeux disponibles on
ne  peut s'empêcher de penser que le pire de la Wii vient de nous atteindre en plein face comme avec Warioware Snapped. Il faudra donc rester sur la réserve en attendant de voir un vrai catalogue de mini-jeux se développer sur la plateforme DSiware. L'enjeu est de taille si on veut nous faire gober la pilule de la régionalisation de ces mêmes catalogues, régionalisation qui reste relativement obscure dans les faits et sur laquelle Nintendo se garde bien de communiquer. Un Phantasy Star zero devrait nous arriver du Japon un beau jour, paraît-il. Ça donnerait une autre dimension, non ?

Toutefois c'est un assez bon produit qui ne vaut probablement pas encore le coup d'en changer si vous avez la vieille version mais qui satisfera les non possesseurs d'une console portable.