8.5/10F1 2011 - Test

/ Critique - écrit par Maverick, le 21/09/2011
Notre verdict : 8.5/10 - Pole Position 2.0 (Ecrivez votre critique)

Tags : mode test course xbox codemasters version jeux

F1 2011 est la nouvelle référence, une réussite totale, pour peu bien sûr qu'on aime cette discipline, car le contenu est tout de même plus léger que dans d'autres jeux de course. A noter un mode coopération en ligne qui vaut le détour, et des conditions climatiques extrêmes.

La saison 2011 du championnat de Formule 1 étant dans sa dernière ligne droite, il était temps pour Codemasters de nous proposer son F1 2011. Ce dernier confirmera-t-il l’essai que son grand frère a transformé avec succès l’année dernière  ?

Troisième grand prix de la saison, à Shanghai en Chine, la tension monte. Les ingénieurs de mon écurie, la Team Lotus, s’active dans le paddock en priant que leur nouveau prodige fasse encore des prouesses. En effet, après deux Grand Prix, me voilà en tête du classement des pilotes, à la surprise générale, après F1 2011 - Test
Je crois que je dois commencer à freiner là...deux podiums dont une victoire sous le déluge pluvieux de Kuala Lumpur. Les yeux rivés sur les feux multicolores, la chaleur monte sur la piste, mes adversaires m’ont à l’œil, et même en étant en quatrième ligne, mes performances lors des deux premières courses, et mon acharnement agressif dans les virages, font peur. Et c’est le départ ! Les moteurs hurlent, les F1 se faufilent pour tenter de grappiller quelques secondes ou mieux, quelques places, et je tente de tirer mon épingle du jeu dans le premier virage, à la corde, en freinant brutalement sur le tard : ça passe ou ça casse ! C’est ça le sport mécanique, de l’adrénaline, du stress, du danger, de la technique et du plaisir constant.

Cette saison, deux grosses nouveautés font leur apparition, pour le plus grand bonheur des pilotes. La première, le Drag Reduction System (DRS) permet d’ajuster l’aileron arrière de votre monoplace pour obtenir un boost qui augmente la vitesse maximale de cette dernière de 10 km/h. Le DRS ne peut être utilisé qu’à certains moments de la course, à partir de la fin du second tour, et lorsque l’on est à moins d’une seconde de la voiture qui nous devance. Très utile pour F1 2011 - Test
Et un dépassement propre, un !
attaquer son adversaire et le mettre en difficulté, ou tout simplement le doubler proprement pour le... larguer. La seconde nouveauté est le Kinetic Energy Recovery System (KERS), qui permet dans les phases d’accélération d’obtenir 80 chevaux de puissance supplémentaire utilisable quelques secondes. Un excellent moyen de garder son avance lorsqu’on nous colle trop aux fesses, ou tout simplement pour tenter de rattraper un concurrent éloigné. Ces deux nouveaux systèmes, une fois bien maitrisés, permettent de nombreux rebondissements en course, que ce soit pour les voitures de tête, mais également en milieu de tableau. Cette année, la lutte pour le titre mondial sera acharnée, et je sèmerai le trouble dans la tête des favoris jusqu’au bout, pour espérer attirer l’œil d’une plus grosse écurie comme Ferrari ou Red Bull Renault.

Les environnements traversés dans F1 2011 sont donc variés, et on peut dire qu'on voit du pays. L’Asie, le Moyen Orient ou l’Europe n’auront plus de secret pour vous, du moins sur l’asphalte, car mine de rien tous les circuits se ressemblent un peu. On ne vient pas pour faire du tourisme, mais pour attaquer F1 2011 - Test
Là il fait beau, mais cela peut changer !
le bitume à toute berzingue, par tous les temps, que ce soit sous un soleil de plomb où les pneumatiques vont souffrir, ou sous la pluie, et là le mot “piloter” prendra tout son sens. Cette année, en regardant le ciel (mais pas longtemps, il faut se concentrer sur la piste) nous pouvons anticiper un changement de temps. D’ailleurs sur le Grand Prix d’Abu Dhabi, pendant la course, nous passerons du jour à la nuit. Et cela promet, car piloter à 300 km/h en pleine nuit, ça envoie du bois ! Il ne faut pas avoir peur de perdre la vie au bout d’un virage lorsqu’on est pilote de F1, sinon mieux vaut rester devant sa télévision, la manette en main. Notre carrière en solo dans F1 2011 se déroulera sur 5 ans, avec pour but ultime de décrocher le titre de Champion du Monde des Pilotes, mais également pour le plaisir, celui du Champion du Monde des Constructeurs. D’ailleurs, le meilleur moyen d'obtenir ce titre de constructeur est d’avoir un bon coéquipier.

Dans F1 2011, il est possible de faire une saison complète à deux dans l’écurie de son choix pour tenter de décrocher ces deux titres. Nous touchons ici sans doute à la meilleure gestion de la "Coopétition". Kézako ? De la coopération au sein de l’équipe pour tenter de faire le maximum de points ensemble pour la team, mais également de la compétition pour être le pilote numéro 1, et de gagner le titre suprême. A la rigueur votre collègue peut vous accompagner sur le podium, ce sera encore plus sympa, mais la couronne est à moi ! Je profite de mon arrêt au stand pour changer mes pneumatiques (et essuyer une pénalité pour une touchette un peu agressive sur Alonso) et pour vous dire qu’il est possible de jouer en multijoueurs en ligne jusqu’à 16 (les 8 autres voitures seront gérés par une IA de qualité) mais également à 2 sur le même écran en local. Une bonne nouvelle en ces temps où l’écran splitté est devenu une denrée rare. Allez je vous laisse, je dois repartir à l’attaque pour rattraper mon retard, et je vous propose de me rejoindre sur la piste avec F1 2011, la meilleure simulation du genre de tous les temps. Un achat obligatoire pour tous les mordus de F1, et même pour tous les amoureux de sport mécanique en général.