8/10GP32 - Test

/ Critique - écrit par CBL, le 25/05/2004
Notre verdict : 8/10 - L'alternative (Ecrivez votre critique)

Tags : blu game jeux messages gamepark park console

Au début elle était timide. On en parlait très peu en Europe. La première fois que je l'ai vue, c'était sur Game One. Puis elle est apparue dans le forum. D'abord sur les sites spécialisés puis un jour sur un des mes sites fétiches, Grospixels. Le temps a passé et mon intérêt montait puis redescendait. Avec le temps, j'ai fini par craquer. Elle vient d'emménager chez moi avec ses belles courbes blanches et son écran sexy. Bref, j'ai la GP32.

Après cette intro aussi ridicule qu'inutile, abordons réellement le sujet. La GP32 est la première console portable d'une toute jeune compagnie coréenne, Gamepark (oui bravo ! vous avez compris que GP sont les initiales de Gamepark). Vous n'en avez probablement jamais entendu parler étant donné qu'elle n'est vendue qu'en Corée, sur Internet ou dans quelques rares magasins. Mais il semble qu'après de nombreux problèmes, elle arrive enfin en Europe en commençant par l'Espagne. En attendant, elle est chez moi, sous mes yeux. Elle ressemble au GBA par sa forme ovale tout en étant plus ronde avec une meilleure prise en main. Deux boutons sur le pouce droit, deux gâchettes, deux boutons select et start sont fort bien placés dessus. La croix directionnelle classique est remplacée par un stick analogique très maniable mais un brin fragile. Quant à l'écran... Plus grand que celui du GBA, bien plus lisible et anti-reflets, c'est un modèle du genre. A noter qu'il existe deux versions de la GP32 : avec ou sans rétro-éclairage. De chaque côté de la console, on trouve un petit haut-parleur qui assure un son stéréo bluffant 16 bits sur 4 canaux.

Outre le son et l'écran, la coréenne écrase la japonaise sur toutes les caractéristiques techniques. Elle embarque un processeur 32 bits qui peut aller de 66 à 133 Mhz (voire 166) avec 8 Mo de SDRAM et affiche une résolution de 320*240 pixels et 65000 couleurs, le tout pour un prix équivalent au GBA SP. Pour ceux qui ne comprennent rien à ces chiffres, retenez une chose : c'est une bête de course ! Son alimentation lui est assurée par deux piles R6 qui lui assurent environ 10 heures d'autonomie et on peut jouer en multijoueur avec d'autres GP32 par ondes radio grâce à un module vendu séparément. Mais le plus beau arrive : le stockage des jeux.

Les jeux sont stockés sur des cartes mémoires Smart Media standards (maximum 128 mo), comme pour certains appareils photo. Le but initial était de pouvoir mettre sur des cartes mémoires vierges des jeux téléchargés en plus des jeux qu'on peut trouver en boîte. En effet, la console est vendue avec un câble USB afin de pouvoir mettre sur les carte mémoire les jeux, des logiciels, de la musique, des vidéo... Vous avez bien lu, la GP32 sait aussi lire les divX et les MP3, un vrai couteau suisse ! Le kit de développement de la console étant librement distribué, la scène amateur GP32 a vite pris un grand essor. Et c'est sur ce point que je vais insister, bien plus que sur les jeux commerciaux.

En effet, n'achetez pas la GP32 en espérant trouver des jeux de tueurs. Ils existent, ils sont rares et en coréen. Pour l'instant, cette machine est dédiée à l'amateurisme, aux portages et aux émulateurs de tout poil et c'est ce qui fait son charme. Les développeurs sont très motivés pour porter des classiques et développer entièrement des jeux sur la petite coréenne et cela bouillonne de bonnes idées surtout lors des concours de développement. Je ne parlerai pas des émulateurs qui sont très en marge de la légalité et je vais plutôt vous donner un exemple avec un jeu qui me tient à coeur, Doom.

Le code source de Doom (mais pas les graphismes et les effets sonores) a été mis dans le domaine public donc il est librement utilisable. A partir de ce dernier, les développeurs en ont compilé une version pour la GP32. Je la prends, l'installe sur une carte mémoire et ajoute le fichier wad (le jeu en lui-même) pris à partir d'une version shareware. Je lance le tout et me voilà en train de jouer à Doom sur GP32. La claque... pour avoir testé la version GBA, c'est le jour et la nuit. Le vrai Doom est là, comme sur mon PC il y a un bail avec une fluidité démentielle et un son de toute beauté (enfin plutôt horreur vu le jeu). La maniabilité est impeccable et les gâchettes répondent très bien. J'étais déjà convaincu mais un essai d'un beat'em all appelé Beats Of Rage a encore renforcé mon opinion sur le potentiel de la bête.

Je récapitule donc. La GP32 est faite pour vous si vous aimez :
-le rétrogaming ou les jeux en 2D en général
-bidouiller
-programmer (pourquoi ne pas participer ?)
-le matériel exotique
-les consoles multi-usages

Allez jetez un coup d'oeil sur le site que j'ai mis en lien et vous aurez une idée de ce qu'elle sait faire. Si vous êtes réticent, il y a toujours l'émulateur pour l'essayer avant de la prendre. Les plus prudents attendront sagement la sortie européenne et les autres se jetteront sur les sites Hong-kongais. Ne la voyez pas comme une concurrente du GBA, elles ne jouent pas sur le même terrain. C'est juste la preuve qu'on peut s'amuser autrement qu'il existe un monde en dehors de Nintendo, Sony et Microsoft et qui est loin d'être désagréable. Moi j'y retourne, elle me manque déjà.