8/10Halo 3 - Test

/ Critique - écrit par Fen-X, le 14/10/2007
Notre verdict : 8/10 - Halo, 8, j'écoute ? (Ecrivez votre critique)

Tags : halo xbox bungie master chief mode test

Après une campagne marketing sans précédent, le bijou de Microsoft est enfin arrivé. Véritable joyau ou simplement du toc ?

Halo est la licence phare des consoles de Microsoft. Développée par Bungie, la trilogie des aventure de Master Chief prend fin sur Xbox 360. Les enjeux sont de taille, car Halo 3 représente le premier épisode « next-gen », mais il est aussi un atout de taille contre la PlayStation 3 en cette fin d'année, et surtout, il ne faut pas terminer une série à succès sur un échec. Alors, une fin glorieuse pour Halo ?

Il n'enlève jamais son armure, bonjour les odeurs.
Il n'enlève jamais son armure, bonjour les odeurs.
La fin du deuxième épisode aura provoqué un sentiment de frustration chez beaucoup de joueurs. Le jeu s'arrêtait brutalement après les derniers mots du Master Chief, qui étaient « Finish the fight », phrase reprise pour la campagne marketing de Halo 3. L'aventure reprend donc quelques moments après cette déclaration, et notre héros en armure tombe en pleine jungle, une chute d'à peine quelques kilomètres, une broutille, pour s'écrouler devant ses vieux compagnons d'arme. A peine sonné, on reprend les armes, et on s'en va en guerre, repousser les brutes qui ont envahi la Terre sous les ordres du prophète Vérité.

On retrouve très vite ses marques, les armes n'ont pas changé, les véhicules non plus, le level design ne viendra pas non plus nous perturber. Bref, c'est du gameplay à la Halo, comme on l'a déjà vu sur les deux épisodes précédents. Quelques nouveautés viendront tout de même se greffer sur cet épisode. De nouvelles armes, de nouvelles grenades, de nouveaux véhicules, et quelques gadgets technologiques comme des bulles protectrices à déployer. Pas grand chose à se mettre sous la dent en terme de nouveautés, mais le gameplay ayant déjà fait ses preuves, le choix a été fait de ne pas chercher l'innovation.

Le copain Covenant.
Le copain Covenant.
Là où Bungie aurait pourtant pu innover, c'est au niveau de l'intelligence artificielle. A croire qu'elle n'a jamais évolué depuis le premier Halo, le jeu accuse un sérieux retard à ce niveau face à la concurrence. Si on peut le pardonner pour l'IA ennemie, car en grand nombre, cela en devient nettement plus frustrant lorsque cela concerne ses frères d'arme, qui seront toujours d'aussi mauvais pilotes, à tel point qu'il m'est arrivé de mourir écrasé sous les roues d'une voiture contrôlée par l'IA. Merci les copains. Il en va de même pour le copain invincible covenant, qui de temps en temps sera pris d'une folie meutrière, explosant tout au corps à corps, et de temps en temps décidera de stationner sans se préoccuper des ennemis.

Toujours aussi linéaire, cette conclusion à la guerre de Halo se veut très rythmée, plus encore que les épisodes précédents. Pourtant, cette action frénétique s'oppose parfois à un level design pas toujours au point sur certains niveaux. Les grands espaces sont toujours aussi rares, ce qui est d'autant plus frustrant que Halo 3 nous suggère un conflit ayant pris une ampleur bien plus grande. Et pourtant, on a l'impression de se cogner à des limites technologiques comme à l'époque de la première Xbox, l'action se déroulant toujours en espace confiné.

Pas le temps de s'ennuyer.
Pas le temps de s'ennuyer.
Malgré tout, cette action combinée à une maniabilité très bien pensée, suivant des chapitres entrecoupés de cinématiques toujours aussi bien mises en scène, font que Halo 3 nous tient en haleine tout au long de sa faible durée de vie. Moins de 10 heures pour le finir, c'est peu, mais on ne peut pas s'empêcher de penser qu'un tel jeu deviendrait vite lassant si l'aventure devait traîner en longueur. L'action est très répétitive, et l'histoire perdrait sans doute son petit côté cinématographique.

Evidemment, l'avancée que l'on attendait le plus sur ce nouvel épisode concernait son aspect graphique. Ce Halo « nouvelle génération » n'est pas la baffe technologique que l'on pensait prendre, mais il reste très agréable à l'oeil. Toujours aussi coloré, l'univers a gagné en détail, en effets (sans pour autant en abuser), et surtout, il reste fluide en toute situation. Il est tout de même dommage de constater aussi facilement les limitations techniques au travers du level design, principalement en extérieur, où le jeu nous impose toujours une action dans un espace réduit. Heureusement, le jeu sait très vite focaliser notre attention sur l'action omniprésente accompagnée par les belles et aujourd'hui célèbres musiques de Halo pour nous détourner de nos envies d'exploration ou d'observation.

Les véhicules sont toujours aussi bien intégrés au gameplay.
Les véhicules toujours bien intégrés au gameplay.
Halo 2, c'est aussi un succès incontestable du multijoueur sur console, et le 3 devait continuer sur cette lignée. La recette est toujours la même, et est toujours aussi efficace, avec de très bonnes nouveautés, comme la présence du coopératif en ligne. Proposant un multijoueur assez varié, entre les classiques Deathmatch ou Capture The Flag, et les plus originaux Infestation (Parasite contre Humains), Mastodonte (seul contre tous), Assaut (piégez la base de l'adversaire), Halo 3 promet de nombreuses heures de jeu sur le Live. De plus, quelques fonctionnalités depuis longtemps acquises sur PC font leur apparition sur console, comme la possibilité de prendre des screenshots ou de sauvegarder des replays, de petits détails qui renforcent l'aspect communautaire.

Halo 3 ne révolutionne pas la série, mais la conclusion est à la hauteur pour ne pas décevoir les joueurs. Les deux premiers épisodes étaient déjà très bons, ce dernier est légèrement meilleur, de quoi ravir les possesseurs de Xbox 360. Un « Finish the fight » dans les règles de l'art, bien que l'on doute fortement que Microsoft en reste là.