8.5/10Little Big Planet - Test

/ Critique - écrit par knackimax, le 12/11/2008
Notre verdict : 8.5/10 - Little big sackman (Ecrivez votre critique)

Tags : littlebigplanet niveaux sackboy test mode big creation

Jeu légèrement novateur dont les grandes qualités graphiques plongent dans une immersion assez magique. Un bel ovni à déconseiller aux fans de FPS. Ici de la couleur, du rêve et du bonheur... peut-être un peu trop mignon du coup.

Attention, ceci n'est pas la suite de Little Big Adventure quatorze ans plus tard. Cette petite méprise étant écartée il nous faut maintenant en dire un peu plus sur ce jeu mystérieux qui fait tant de publicité à la Playstation 3 ces derniers temps.

Si le coup médiatique est clairement assumé, puisqu'il s'affiche autant dans les
fast-foods que dans les opérations cinéma, il ne s'en appuie pour autant pas moins sur de grandes qualités et sur un effet de surprise des plus mesurés. Les données de base sont pourtant simples : vous êtes un petit garçon en toile de jute, dont les actions peuvent avoir une influence sur l'univers cousu et coloré qui l'entoure, mais au-delà des actions "pousser, tirer, sauter, rire et pleurer" se cache le sens des rêves, l'univers média que vous avez choisi le jour de l'achat de votre première console. Que vous retourniez en enfance ou que vous n'en soyez jamais parti, vous avez l'occasion de mettre les pieds dans un jeu dont le cœur ne battra que par vous et pour vous.

Little Big Planet est une petite grande nouvelle à lui tout seul car il s'agit d'un genre assez nouveau pour Sony, et son monde vidéo ludique clairement orienté « gamers » aux dernières comme aux premières nouvelles. En tout cas, les développeurs du soft ont été attentifs aux besoins des joueurs et proposent un éventail assez large de possibilités.

Tout d'abord le mode histoire est fort agréable et possède tous les atouts d'un excellent jeu de plateforme et bien plus encore. Au-delà des grands classiques du
genre qui vous offrent des points à récupérer dans les niveaux pour faire péter les scores, ainsi que des clefs qui correspondent à l'ouverture de niveaux secrets sur la carte du monde, le vrai bonus vient des éléments exclusifs à ce mini-jeu aux allures de gigantesque concept. Car, au-delà d'un design profondément soigné, c'est toute une interactivité que vous propose le monde des pensées nocturnes de Media Molecule. Au fur et à mesure de vos aventures de Sackboy, vous débloquez des autocollants. Ces derniers vous servent à tout un tas de choses. Vous aurez donc le choix entre laisser aller votre créativité (au cours des missions du mode de jeu histoire, comme dans le mode création de niveau), interagir avec le décor pour débloquer des zones cachées ou donner des capacités à certains objets, voire même décorer votre chambre (appelée ici pod).

Si cela s'apparente à un gadget, la pause « pose tes stickers » prend tout son sens dans sa capacité à vous faire intégrer et construire un univers propre à vos
désirs, ces derniers s'intégrant eux-même fidèlement et naturellement à une charte graphique et un design très parlant. Le mode histoire, qui constitue la légère introduction au monde de Little Big Planet, vous offre les premières possibilités créatives en visualisation directe, prouvant la capacité de l'être humain à définir ses axes d'évolution dans la paix de son environnement ludique personnel. Vous vous promenez entre les jardins d'Europe et leur verdure florissante, et l'Amérique latine et ses morts en sucre qui pendouillent à tous les coins de canyons. Si le reflet du monde non virtuel se perd encore un peu dans cette première vision, la musique qui l'accompagne le rendant presque concret d'incertitude, le plaisir de l'aspect déformé que retranscrivent les éléments du décor cousus main, les personnages et les influences de la bande dessinée, mais aussi les bombes à livrer au jet-pack et la prise en compte minutieuse des lois de la physique pour résoudre les énigmes, sont autant de raison de se laisser aller -sans s'en rendre compte- à adorer Little Big Planet.

Toutefois, le mode solo, bien que progressif devient rapidement difficile et on
laisse légèrement le côté bon enfant prendre le dessous sur la précision et la stratégie. De plus, le jeu vous engage a revenir dans certains endroits à deux pour y récupérer certains bonus cachés derrière des interrupteurs multiples ou autres pièges de plate-forme. Si le mode solo s'explore donc assez vite ; la durée de vie à proprement parler est immense, le temps de trouver tous les objets à ramasser sur les cinq continents de la planète.

Si on incorpore le live dans l'évaluation de cette durée, on arrive alors dans un spectre temporel sans fin, tant les possibilités sont diverses et variées. Il est un peu tôt pour avoir un avis très positif sur les niveaux édités par les internautes, même si certains sont déjà plutôt amusants, bien que peu équilibrés. En effet ,bien que très complet, l'éditeur reste long à manipuler car il prend en compte beaucoup de paramètres et offre autant de choix. Si vous rajoutez à cela tous les autocollants que vous pouvez incorporer dans vos œuvres, le plaisir créatif reste un des axes d'évolution les plus élevés du titre. L'ensemble des créations à ce jour est, malgré tout, déjà assez impressionnant en nombre pour ne pas pouvoir douter de la fan attitude du soft sur la planète PS3 et cela garantit des centaines de nouveaux niveaux ou s'amuser dans les prochains mois à venir.

Jouer avec les internautes est de surcroît une belle occasion de participer à un très grand moment de n'importe quoi, qui dépasse les limites de l'entendement et du bon sens, là où le jeu est pourtant censé briller par son exemple. La dimension fun reste donc multiple et se joue en parallèle dans le calme et la réflexion, ainsi que l'excitation et le challenge.

Little Big Planet est donc à la fois petit, grand et planétaire. Il fait la belle alliance entre le gentil soft mignon et le jeu addictif sans bornes, tout en gardant une belle moyenne qui ne se laisse pas aller dans les extrêmes. Son parti pris pour la beauté et l'élégance naturelle qu'elle lui confère, ainsi que le désir de découverte et de création qu'il procure, en font de surcroît un excellent jeu pour tous, mis à part les fans inconditionnels de FPS ou de jeux de voitures qui pour le coup ne s'y retrouveront potentiellement pas du tout. Si vous voulez piloter une fusée en bois par contre...