6/10N3 : Ninety-nine nights - Test

/ Critique - écrit par Guillaume, le 27/10/2006
Notre verdict : 6/10 - 99 nuits. Et au moins 50 000 morts (virtuels). (Ecrivez votre critique)

Tags : nights nine ninety xbox jeux video test

Depuis le temps qu'on joue à Dead Or Alive, Tekken, Street Fighter et consorts, on a appris à apprécier le bourrinage intense.
Il manquait tout de même une dimension, le fracassage à grande échelle.
Ninety-nine nights est arrivé, avec ses personnages dignes de Soulcalibur, capables de prouesses pour le moins spectaculaires. Porter une épée de 12 mètres de long ne leur fait pas peur. Ni rester en lévitation pendant quelques secondes tout en balançant des rayons d'énergie destructrice. Sympa, non ?

Et oui, N3 correspond aux aspirations de nombres de hardcore gamers. Enfin on peut se balader librement au milieu d'un champ de bataille médiéval en frappant tout ce qui bouge. On pourra même emmener avec soi son armée. Plus pour le fun que par utilité d'ailleurs, cette armada étant particulièrement inefficace.
Heureusement, les héros, eux, sont vraiment forts. Très vite le compteur des combos va monter, et il ne sera pas rare de terminer une mission avec 1 000 victimes sur la conscience. C'est-y-pas beau la guerre virtuelle ?

L'aventure se découpe en différentes missions se succédant. Avec la possibilité de refaire une ancienne mission afin de grimper de niveau. On changera aussi régulièrement de personnages.

Pourquoi refaire des missions déjà effectuées ? Tout simplement parce que le jeu est difficile. Franchement très rude. Certaines batailles se traversent sans efforts. On se contente de répéter les mêmes séquences de pianotement sur la manette. D'autres par contre sont bien plus rudes. Imaginez, vous partez en guerre, vous rencontrez des boss, voire même plusieurs, et vous ne pouvez pas faillir en cours de route. Sinon... sinon vous recommencez le niveau au début. Et oui, là on est vexé. Pas de sauvegarde pendant les affrontements. Passer une heure à détruire de l'orc pour se faire méchamment achever par un boss. Je vous le disais à l'instant, c'est vexant. Très. Tellement que vous ne prendrez même pas la peine de terminer N3. Pourquoi faire d'ailleurs ?

Franchement, à part le graphisme très sympa, le concept qui est très jouissif, on a du mal à trouver un véritable intérêt. On ne peut même pas dire qu'il y ait de véritables stratégies. Il suffit de choisir les coups les plus efficaces et les effectuer sans cesse. Simple, net, sans bavure. En effet, impossible de faire des dégâts à ses troupes. On traverse donc littéralement le champ de bataille en frappant sans cesse puisque personne ne risque rien.
Il faut dire que parfois on apprécie de liquider ses ennemis. Une armée de batraciens en face de vous, est-ce vraiment sérieux ? Des gobelins claudiquant, ridicules, maigrelets, est-ce vraiment sérieux ? Des boss qui n'ont aucune intelligence, et qu'on vainc traîtreusement, en utilisant ses collègues comme boucliers humains, est-ce vraiment sérieux ?

N3 : Ninety-nine nights est un jeu dont on pourrait aisément se passer. Pourtant le plaisir purement épique d'être au milieu d'un champ de bataille ne laisse pas indifférent. Difficile de trancher. Bon jeu ? Mauvais jeu, bon concept ?

Ne vous laissez pas impressionner par les milliers d'ennemis que la xbox 360 est capable d'animer simultanément. Piétinez-les !