2/10Quake 3 Arena - Test

/ Critique - écrit par Nicolas, le 21/01/2001
Notre verdict : 2/10 - La violence n'est pas un jeu! (Ecrivez votre critique)

Tags : quake arena xbox jeux mode armes joueur

Support : PC, PlayStation 2, Dreamcast.

Suite à de nombreux posts et autres mails, j’ai décidé de ré-écrire cette critique, histoire de remettre à niveau mes arguments et la notation finale, qui avouons-le, n’étais pas franchement adéquate (Le passage à la notation par chiffre et l’exaltation vidéo-ludique de mon collègue CBL n’aidant pas). Voici donc la critique de Quake 3, la revanche.

Quake 3 Arena est un FPS, un First Person Shooter comme aime bien parler les djeun’s qui sont dans la vibe des jeux vidéos. Le titre est évocateur : votre personnage pend place dans une arène. Son but dans la vie : fraggeur. Fragguer fragguer, fragguer, et encore fragguer. Evidemment, on comprend vite qu’un scénario ce serait s’embarrasser de broutilles, dans un concept aussi simple. Alors le jeu solo se définit comme une succession de match contre un ou plusieurs bots gérés par l’ordinateur, dans diverses « arènes » colorées et chatoyantes qui chatoyent à tout va.
Un gros point fort pour Quake 3, c’est que malgré la qualité visuelle qu’offre le soft, le jeu peut tourner sans aucun problème sur des configs modestes. Avec un petit 200 boosté à la voodoo 3, les couleurs resplendissent (et chatoyent) et la modélisation offre tout ce qu’elle a de plus magnifique (des skins, des courbes arrondies, …). Un autre gros point fort, c’est sa prise en main immédiate, qui fait appel à tout ce que l’on a de plus primaire en nous. On repère le bouton de tir, et on se lance à corps perdus et gorges déployées à l’assaut du gars en vert qui vient juste de passer devant votre viseur. Voilà, maintenant, j’arrête de dire du bien.

Le concept est donc simple au possible : main gauche sur clavier, main droite sur souris (inverser pour les gauchers), et on shoot. Et c’est tout. Pas besoin de cerveau, de réflexion, les maîtres mots sont réflexes et bourrinage. Ne me faîtes pas croire qu’il y a quelque chose de précis dans tirer au lance roquette sur le gros robot qui saute partout en essayant d’attraper un fusil. On me répondra certainement que les dégâts sont localisés (toucher à la tête ferait beaucoup plus mal que viser le ventre), ce qui m’arrachera un mouaif ! dédaigneux : Compte tenu de la diversité des skins dispo, ça me paraît peu probable (choisir «l’oeil à patte» serait alors injouable, ce qui s’est révélé inexact (à moins que le jeu diffère pupille et rétine, alors là)). 5u alors on pourra me dire qu’il y a des joueurs « fins », jouant allégrement comme s’ils jouaient à Counter Strike, utilisant envers et contre tout les armes plus modestes ; Faites vous connaître, vous êtes rares !
Pour simplifier encore tout ça, les concepteurs ont restreint au maximum les armes disponibles. Lance-roquette, Shotgun, Mitraillette de base, RailGun, BFG 10000, Lance-Plasma (argh il me semble en avoir oublié une). Rassurez-vous, ils ont fait une moyenne avec les niveaux de jeu, certes en nombres suffisants, mais illogiques et pas très agréables à jouer. Bien sûr, nombres vont encore me dire le contraire, mais après tout j’ai même trouvé des gars qui aimaient
Vercingétorix. D’autres encore me diront que je critique le FPS en lui-même, et je leur répondrai que oui, je critique le FPS en lui-même et l’utilisation brute qu’en fait Quake 3, à la limite de l’abrutissement.

En définitive, Quake 3 Arena devient intéressant en multi pour évacuer un petit peu, bien que je pense qu’il stresse plus qu’autre chose. Mais je concède que l’ont peut apprécier ce jeu, en dépit du manque flagrant d’intérêt qu’il apporte («T’as fait quoi, hier..? » «Ouais j’ai passé l’après midi sur Quake 3, c’est trop bien ce jeu, j’ai fraggué 250 gars» «Cool.»). A vous de voir.