7.5/10Spec Ops : The Line - Test

/ Critique - écrit par Maverick, le 17/07/2012
Notre verdict : 7.5/10 - How I spent my summer vacation (Ecrivez votre critique)

Tags : ops spec line test guerre dubai histoire

Les développeurs ont réussi à transformer une ville touristique, Dubaï, où tout est le plus gros, le plus beau, le plus grand et le plus cher, en un théâtre de guerre, où la mort côtoie les tempêtes de sable. Spec Ops : The Line est un TPS dans la plus pure tradition, mais qui possède assez d’atouts pour sortir un peu du lot.

Le titre nous met dans la peau du Capitaine Martin Walker, épaulé par le Lieutenant Adams et le Sergent Lugo. Nos trois mousquetaires, plus à l’aise avec un fusil qu’une épée pour le coup, ont pour mission de retrouver le Spec Ops : The Line - Test
DR.Colonel John Konrad, et la 33e, un régiment en plein silence radio. Dubaï sera votre terrain de jeu. Enfin de jeu... vous allez plutôt morfler, entre choix moraux, morceaux de bravoure, et "crachage" de sable en bonne et due forme. Le titre propose un enchainement de chapitres, au nombre de 15, plus un épilogue en fonction de vos choix, où l’action sera menée tambour battant. Avec un gameplay des plus classiques, où la touche A sera le centre de l’action : courir, descendre d’une plateforme, se planquer derrière un mur... Les habitués de Marcus Fenix seront servis. Certes, on pourra reprocher une certaine rigidité au niveau de notre personnage, qui aura parfois l’occasion de nous agacer car il n’a pas compris qu’on voulait qu’il courre ou qu’il se planque derrière une palissade. Mais rien de décourageant pour autant. On aurait aimé un peu plus de souplesse tout de même pour être mieux armé dans les niveaux de difficultés supérieurs c’est tout...

Deux choses sortent de l’ordinaire par rapport au TPS de base. Les tempêtes de sable tout d’abord, qui rendent le champ de bataille chaotique à souhait. Certes, c’est scripté à mort, mais un bon script peut permettre à une campagneSpec Ops : The Line - Test
DR.
solo d’être prenante et sans temps mort. La deuxième “nouveauté” est l’obligation de faire des choix moraux, afin de se mettre un peu plus dans la situation que vivent nos héros : sauver un soldat ou des civils, achever un homme pour qu’il ne souffre pas ou économiser une balle pour le combat suivant. L’horreur est partout autour de nous dans The Line, et on comprend pourquoi nos partenaires pètent une durite parfois, suivant aveuglement vos choix parfois douteux. Ces choix n’auront pas une incidence vraiment particulière dans l’histoire, excepté à la toute fin du jeu, où vous aurez le choix entre plusieurs fins.

L’un des points forts du titre est l’ambiance sonore. La bande son est en effet au poil, avec des musiques qui font mouches, des doublages français de haut Spec Ops : The Line - Test
DR.
niveau et des bruitages bien retranscrits. Graphiquement, le jeu tient la route, sans être une vitrine technologique. La durée de vie étant dans le standard, avec environ une huitaine d’heures de jeux. Ce n’est pas le multijoueurs par contre qui vous fera vous lever la nuit, bien trop classique pour soulever un intérêt particulier (du deathmatch en gros) et surtout, qui sera sans doute désert dès la rentrée, vu le nombre de sorties TPS/FPS... Spec Ops : The Line est en tout cas un bon petit jeu pour cet été, avec une réalisation dans la bonne moyenne, une histoire prenante et de l’action à gogo. Cela fait plaisir ce genre de titre à tester en tout cas.