7.5/10The Darkness 2 - Test

/ Critique - écrit par Maverick, le 16/02/2012
Notre verdict : 7.5/10 - Découper, tuer, exterminer, le tout dans le noir (Ecrivez votre critique)

Tags : darkness jackie test premier ennemis jeux vie

The Darkness II reprend la trame de son prédécesseur mais, à part ça, tout est différent ou presque. Cette fois-ci, nous sommes face à un FPS scripté et bourrin, avec des graphismes en cell-shading pour coller à l’esprit Comics dont est issu le titre, et du gore encore et en gore !

Jackie Estacado a réussi à contrôler son "dark passenger", le Darkness, des ténèbres qui, une fois libérées, ne servent qu’à semer le désordre, le chaos et The Darkness 2 - Test
Tu veux jouer avec mon gun? Non pas celui là...faire du monde une sacrée bonne boucherie. A la tête de sa famille, notre bon vieux mafieux essaye de se la couler douce, malgré les souvenirs de Jenny qui le hante. Un véritable amour, cela ne s’oublie pas. Surtout quand il se fait tuer devant ses yeux. Bref, tout bascule le jour où un groupuscule mystérieux et obscur, la Confrérie, cherche à prendre le contrôle du Darkness. Ce dernier ne voulant pas quitter son hôte, fait un marché avec Jackie : s'il met fin à la Confrérie, le Darkness lui permettra de retrouver l’âme de Jenny. Ah l’amour…

Le scénario est classique, mais la trame se suit avec plaisir, et il est intéressant de voir un héros désintéressé des problèmes du monde. En effet, si le Darkness est entre de mauvaises mains, l’apocalypse est proche, mais Jackie s’en moque. Lui, son intérêt c’est de retrouver son amour, de combattre ses démons, et de trouver la paix intérieure. Et s'il faut charcuter de l’ennemi au passage, aucun problème, cela défoule ! La mise en scène est donc chouette, et des petits passages dramatiques mettront un peu de douceur dans ce monde de brute. Il est vrai que jouer à The Darkness II, c’est accepter de voir des membres voler dans tous les sens, des têtes se détacher de leur corps, du sang qui coule à flot, et des hurlements de douleurs. C’est dégueu mais jouissif. On se sent invincible, même si il faudra faire attention à la lumière.

Tel un vampire mais en plus cool, Jackie ne pourra pas utiliser le Darkness si une lumière éclaire trop fort un endroit. Il est timide, le vilain esprit. Par contre, dès qu’il fait sombre, deux tentacules apparaissent dans le dos de notre héros pour The Darkness 2 - Test
Attention chérie, ça va couper.
faire le mal (ou le bien... en fait les deux). Celle de gauche s’utilise avec une gâchette pour attraper des objets ou des ennemis que l’on pourra ensuite exterminer à notre guise, afin de récolter un bonus de soins ou de munitions par exemple. La tentacule de droite, elle, s’utilise au stick, et sert de fouet ou de lame, et découpe tout sur son passage, que ce soit des bouts de bois, ou des bras tout simplement. Pratique dans le feu de l’action. Si vous accouplez ça avec deux flingues ou un fusil à pompe, et on peut dire que vous êtes armés pour faire le ménage.

Un Darkling sera votre compagnon de route, une sorte de Gremlins déguisé avec une peau de chat sur la tête et un blouson anglais sur le dos : classe ! Ce petit monstre sera utile pour tuer quelques ennemis à votre place, mais vous pourrez également le contrôler pendant deux séquences originales. Au final, toutes vos actions meurtrières avec Jackie, ou même avec le Darkling, vous rapporteront de l’XP, appelé ici essence, qui servira à débloquer des compétences. Ces dernières vous permettront d'améliorer vos armes ou de débloquer des pouvoirs comme la nuée démoniaque ou le trou noir, que j’aime appeler l’aspirateur à merdeux (cette compétence est jouissive). Et pour débloquer intégralement l’arbre de compétences, il va falloir tuer un maximum de méchants : l’essence, cela devient une denrée rare.

La campagne a une durée dans la moyenne des FPS scriptés, c’est-à-dire environ 6 heures de jeux, plus ou moins en fonction de la difficulté. Un mode The Darkness 2 - Test
Coucou, je suis caché dans ton dos!
"Nouvelle Partie +" vous permet une fois le jeu achevé de refaire les niveaux de votre choix pour le fun ou pour finir le travail (XP, succès, etc…). En plus de cela, un mode coopératif (jouable également tout seul dans son coin) offre sa propre trame, liée à celle de la campagne solo. Cela apporte un plus à la scénarisation générale du titre. Dans ce mode, appelé Vendetta, Jackie n’est pas jouable, il faudra choisir parmi quatre personnages différentes, chacun avec ses spécialités et son charisme bien à lui. On peut saluer le fait que pour une fois le mode multijoueurs qui n’est pas un simple copier coller de ce qui se fait en solo.

The Darkness II est donc une bonne suite, bien "défoulante", à la réalisation générale réussie sans attendre des sommets non plus, et au scénario qui tient en haleine, au moins assez pour ne pas décrocher du pad avant la fin. Comme le dit notre Jojo national : "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir". Sauf quand le Darkness est dans notre manette!