7.5/10Wipeout Pure - Test

/ Critique - écrit par kenji, le 16/10/2005
Notre verdict : 7.5/10 - Un des meilleurs jeux du line-up (Ecrivez votre critique)

Tags : wipeout psp courses pure jeux test vitesse

Wipeout pure était sûrement le jeu le plus impressionnant du line-up de sortie de la console aux USA. Les vidéos présentées montraient des graphismes de toute beauté et une animation assez hallucinante pour une console portable. Après un épisode très lointain sorti sur Play2, l'une des sagas les plus connue du jeu de course futuriste était un peu tombé dans l'oubli mais cet épisode PSP est bien parti pour remettre la série sur le devant de la scène.

Des premiers pas mitigés

Après une navigation dans des menus à l'esthétique très épurée mais du plus bel effet, on entame ses premiers tours de piste et là on remarque deux choses. D'une c'est effectivement très beau pour de la console portable, les environnements sont jolis et assez détaillés, il n'y a presque aucune trace d'alliasing, des animations d'arrière-plan ponctuent les courses et les effets de lumière sont plutôt réussis. De deux, c'est extrêmement lent et on est vite surpris par le manque de sensations. Heureusement cette mauvaise impression s'efface vite une fois les nouvelles catégories débloquées, mais il faut s'attendre à des débuts fort peu amusants. L'animation devient alors très rapide et le tout tourne avec une grande fluidité sans aucune chute de frame-rate.

Du Wipeout tout craché

Contrairement à un F-Zero par exemple, les courses sont rythmées par l'utilisation de différents items assez classiques dans l'ensemble avec les traditionnels missiles, bombes et autre accélérateurs. Dans les catégories supérieures, les adversaires sont très féroces et n'hésitent pas à s'en servir à outrance sur vous. Tous ces bonus influent donc vraiment sur votre position sur la ligne d'arrivée et leur bonne utilisation s'avère vite indispensable.

L'autre particularité de la saga Wipeout est la maniabilité. L'inertie des vaisseaux est très particulière et leur maîtrise requiert pas mal de pratique. Le pilotage demande de la finesse et le moindre choc avec le bord du circuit est pénalisé immédiatement par une nette perte de vitesse. La vitesse des bolides augmentant lorsque l'on débloque les classes supérieures, votre dextérité sera mise à rude épreuve et certains circuits très tortueux sont extrêmement difficiles à bien gérer. Sachant que l'agressivité de vos adversaires ainsi que leur maîtrise du pilotage augmentent elles-aussi, la difficulté est extrêmement relevée si bien que décrocher toutes les médailles d'or relèvent quasiment de l'exploit. Mention spéciale à la dernière catégorie qui va vous faire suer pour espérer décrocher une médaille.

En contrepartie de cette difficulté, le pilotage devient assez jouissif une fois que l'on maîtrise mieux son bolide et les sensations sont très bonnes.

Un contenu très léger

D'ailleurs, parlons un peu de la progression : chaque catégorie de difficulté est découpée en trois tournois. Les deux premiers tournois comprennent quatre circuits chacun et une fois la médaille de bronze, au minimum, décrochée lors de ceux-ci, on peut accéder au tournoi suivant qui comprend en fait l'ensemble des huit courses précédentes. En décrochant une nouvelle récompense, on peut accéder à la catégorie suivante dans laquelle la vitesse des bolides est augmentée de même que la difficulté de l'IA des adversaires et ainsi de suite.
En tout il y a cinq catégories, uniquement huit pistes et huit vaisseaux aux caractéristiques très différentes. On comprend donc aisément pourquoi de nouveaux circuits et bolides téléchargeables gratuitement sur le net ont été rajoutés. A noter que dorénavant, les téléchargements de suppléments pour de futurs jeux seront payants. Merci Sony de prendre encore une fois les joueurs pour des vaches à lait.
Pour ralonger la durée de vie, on a le mode Zone permettant de faire des tours sur une piste non texturées avec un vaisseau qui augmente de vitesse au fur et à mesure pour atteindre des vitesses hallucinantes : répétitif et soporifique et le désormais traditionnel mode multi en wifi qui permet à huit joueurs de prendre part à des courses endiablées ce qui se révèle vraiment fun lorsque tous les participants ont un bon niveau.

Cette version de Wipeout n'est pas transcendante d'originalité par rapport à la mouture Play2 mais elle inclut une nouveauté assez appréciable. Dorénavant, exit les bandes de régénération du bouclier et bienvenue à l'apparition du double emploi des items. En effet, on peut dorénavant choisir de les utiliser pour gagner du bouclier à la place de s'en servir comme arme. Les courses gagnent ainsi un peu plus en stratégie et il faudra prendre soin de bien gérer ses items selon les besoins.

Quand à la bande-son, les musiques électro ne sont pas fameuses bien qu'assez agréables et les bruitages sont plutôt bons.

Conclusion

Ce Wipeout pure est donc un bon épisode de la série et un des meilleurs jeux du lancement de la machine sans aucun doute. La réussite technique est bien au rendez-vous et on prend part à des courses rapides sur des circuits très jolis. La maniabilité est vraiment bonne ce qui permet au joueur d'avoir de bonne sensations de pilotage même si une période d'adaptation est nécessaire pour dompter la bête. On regrette seulement une durée de vie artificiellement augmentée par une difficulté très relevée qui ne trompe pas sur le fait que seulement huit circuits soient disponibles. Finalement, on ne s'amuse ni au début, où la vitesse des vaisseaux est d'une lenteur affligeante, ni à la fin, car on est lassée par la répétitivité du faible nombre de circuits et par la difficulté trop ardue mais les catégories intermédiaires procurent aux joueurs son lot de sensations fortes.