7/10Kinect Star Wars - Test Xbox 360

/ Critique - écrit par Guillaume, le 13/04/2012
Notre verdict : 7/10 - Les enfants apprécient parfois la facilité (Ecrivez votre critique)

Tags : star wars kinect jeux mode jedi sabre

Oh... mon... dieu... C'est ce que penseront tous les fans de Star Wars en découvrant la licence passée à la moulinette de Kinect. Il faut dire que les développeurs ont osé sortir des sentiers battus et ridiculisent un univers qui aime être pris au sérieux par des hordes de fans intégristes. Pourtant, quand on aborde le titre avec un oeil neuf, mais surtout enfantin, on parvient à en tirer un peu d'amusement. Un peu.

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
J'avais demandé une baie vitrée BLINDEE !

Le jeu se découpe en cinq modes distincts : Destin du jedi, Course de pods, Rancor, Duels et danse. Oui, danse, vous avez bien lu...

C'est ton destin !

Le destin du jedi, ce n'est ni plus ni moins que le mode aventure de Kinect Star Wars. On y contrôle un jeune padawan, vu à la troisième personne. On se démènera pour avancer dans des "couloirs" peuplés d'ennemis.
Le contrôleur, c'est vous, comme le dit si bien la pub Kinect, alors je ne peux que croire que vous n'êtes pas à la hauteur. Non, le jeu n'y est pour rien, c'est clair ! Si quand on saute, quand on se baisse, quand on esquive, tout est lent, parfois pas très bien reconnu, c'est parce que vous n'y mettez pas assez de bonne volonté ! Et puis c'est tout !

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
Vole petit lézard, vole

Plus sérieusement, le maniement du sabre-laser, sans être incroyable, est plutôt bien reconnu. Seul gros problème, complètement inhérent à Kinect : le temps de réponse.
Je n'irais pas jusqu'à dire qu'on s'endort, mais quand on y pense, Star Wars c'est de l'action rapide, nerveuse. Alors, avec une couche Kinect qui ralentit tout ça, on ne peut que pleurer un coup.

D'ailleurs, dans les faits, sur le champs de bataille, on se contentera de faire des moulinets avec le bras droit, faire aller le bras gauche d'arrière en avant, et de bondir. Aucune difficulté à prévoir. Tout s'enchaînera sans qu'on comprenne bien pourquoi, avec une impression de flou totale.

Si on ajoute les nombreux ennemis qui sont résistants aux sabres-lasers et à la force, on ne peut que rigoler.

Ceci étant, le mode Destin propose un peu de variété, et on pourra par exemple chevaucher un motospeeder ou encore détruire des véhicules blindés entre deux jets de Force.
Une variété complètement artificielle et anecdotique, puisque qu'en réalité, le chemin est tout tracé. On ne peut vraiment pas s'éloigner de la ligne à suivre. A ce stade là ce n'est même pas un mur invisible, c'est plutôt la malédiction impériale de Harry Potter.

Des tours nicotine, ni cotons

Ceux qui ont rêvé devant la course de pods de la Menace Fantôme seront ravis. Quelques années après Pod Racer, Kinect Star Wars propose un mode course assez plaisant malgré un gameplay assez abusif.

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
Drôle de musique pour un pod

Les mains vont d'avant en arrière, comme des manettes de gaz. Simple et efficace, et très bien retranscrit : si on n'est pas bourrin, il y a moyen de faire des virages très finement contrôlés. Par contre, devoir s'agiter pour taper ses adversaires, tout en faisant essuie glace pour nettoyer son casque, c'est beaucoup trop. Pendant ce temps là on oublie de suivre la route, et le côté arcade du jeu se voit trop boosté. Dommage.

Vous reprendrez bien un peu de Rancor ?

Est-ce que je vous fait l'injure de vous rappeler que le Rancor c'est ce monstre terrifiant qui rôde dans les fosses de Jabba the Hutt ? Le contrôler, voilà de quoi se défouler. Détruire des bâtiments, piétiner la populace... tout cela sans gouttes de sangs. Miam. Mais indigestion rapide...

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
Rancor rancunier

Duels prestigieux

Luke affrontant Dark Vador, une scène gravée dans les esprits. Les duels au sabre-laser font partis de la mythologie Star Wars. Et un type a pensé que cela pouvait être marrant de faire un mode de jeu uniquement sur cet aspect. On pare, on esquive, puis on riposte. C'est fastidieux, et pas forcément très difficile...

Kinect Star Wars - Test Xbox 360Le côté obscur de la force.

Danse

Le déhanché des stormtroopers a su vous exciter ? Vous adorerez donc le mode danse tout droit sorti de Dance Central. Des chorégraphies à effectuer devant sa console, pour suivre la Princesse Leia, Han Solo, Dark Vador et consorts. Le tout sous des musiques improbables, adaptés de hits. Princess in a bottle, ça vous parle ?
Etonnament, c'est sans doute la meilleure partie du jeu, une fois que l'on a réussi à faire abstraction du sacrilège de transformer Star Wars en jeu de danse.
C'est plutôt osé, et il y a moyen de profiter de ce second degré pour s'esclaffer gaiement avec un campagnon d'infortune.

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
Leia, taille fine

T'es ma coop ?

Kinect Star Wars se joue en solo bien entendu, mais aussi à deux joueurs. A tout moment un second peut entrer dans le jeu. Ce ne sera pas forcément plus facile, vu que le challenge n'est jamais très important, mais c'est toujours agréable de filer quelques baffes à son voisin, par "erreur".

Mais pourquoi tant de haine ?

C'est si raté que cela alors ? Oui ! Le jeu est trop moche pour la Xbox 360, pas assez travaillé, que ce soit au niveau de l'intérêt qu'au niveau du gameplay. L'utilisation de Kinect est plus un défaut qu'une qualité : un jeu d'action nerveux qui se prend de la latence dans les gencives, c'est assez malheureux.
Je ne jette cependant pas la pierre aux développeurs. Pas sûr que ce soit possible de faire une production super réactive avec Kinect.

Kinect Star Wars - Test Xbox 360
Oui, mon bâton résiste au sabre-laser ! Na !

Kinect Star Wars, c'est un peu comme un jeu trouvé dans une boîte de céréales. Pas très complexe, pas très abouti, plaisant à jouer quelques minutes. Mais c'est le haut de gamme du goodies : les gamins y trouveront sans nul doute un grand plaisir. Incarner un jedi, c'est la classe quand même ! Et à cet âge là, ils ne s'offusqueront pas de rire devant Star Wars. Finalement, on était bien mieux avec nos âmes d'enfants !